Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MASSIMA LOUWOUNGOU
  • MASSIMA LOUWOUNGOU
  • : Cette page se propose, entre autres, de traiter des sujets d’actualité, de Philosophie, de religion, d'Histoire, de la Justice Pénale et de culture générale.
  • Contact

  • MASSIMA LOUWOUNGOU
  • Gabonais d'origine africaine, MASSIMA LOUWOUNGOU vit actuellement entre Poitiers et Bordeaux où il gravit sa « montée rude et escarpée ».
  • Gabonais d'origine africaine, MASSIMA LOUWOUNGOU vit actuellement entre Poitiers et Bordeaux où il gravit sa « montée rude et escarpée ».

Recherche

Archives

6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 13:32

Politiques ! Politiques ! Politiques !

Que vous représentiez la majorité,

Que vous soyez l’écho de l’opposition,

Que vous soyez du levant ou du couchant

Politiques, je respecte votre engagement

Quand vous vous sacrifiez pour le peuple

En défendant ses intérêts,

En rétablissant l’équilibre social

Pour que le Bien ne soit pas qu’un idéal…

Politiques, je redoute aussi votre désengagement

Quand vous feignez de méconnaître ces débordements,

Quand vous sacrifiez ce même peuple

Pour vos propres intérêts

En attisant une flamme sociale

Qui ronge, ronge le tissu social

Déjà deux morts à Port-Gentil

Deux morts c’est trop !

Le peuple est-il votre protégé

Ou tout simplement votre bouclier ?

Où sont donc vos enfants ?

Ne les avez-vous pas protégés ?

Où est le peuple ?

Ne l’avez-vous pas exposé ?

Nos rues sont vides de vos familles

Tandis que les nôtres y fourmillent

Vos héritiers sont bien au chaud dans vos nids

Pour que demain, ils nous envoient dans la rue.

Politiques ! Qui êtes-vous sans le peuple ?

Rien, sinon des prêcheurs en plein désert !

N’instrumentalisez pas le peuple !

Ne chosifiez pas le peuple !

Sa souffrance n’est-elle pas suffisante ?

Il ne suffit pas de crier comme Emile Zola : « J’accuse »

Car pour avoir une valeur de vérité,

Toute accusation doit d’abord exhumer l’histoire

Ce n’est qu’ainsi que l’accusateur comprendra

Que lorsqu’il indexe ses semblables,

Un seul doigt leur est pointé (l’indexe)

Tandis que tous les autres doigts se retournent vers lui.

Peuple gabonais, interroge le temps

Et tu comprendras...

Tu comprendras combien le politique est susceptible…

Il peut changer à tout moment

Il peut passer de l’opposition à la majorité

Tout comme de la majorité à l’opposition

Et cela, sans te consulter.

Peuple gabonais, interroge le temps

Et la présidentielle de 2005 te dira des choses (suis mon regard)

Si tu ne veux pas être arrosé, n’arrose personne ;

Sinon, tu seras un arroseur arrosé.

Pourquoi n’avez-vous pas évoqué Emile Zola en 2005 ?

Est-ce parce que ça arrangeait certains ?

La politique n’est pas exclusive,

Mais inclusive : le « tout sauf... »

Est source de velléités…

La revendication doit être méthodique
Et sans incitation à la violence.

Lorsque nous libérons et armons les prisonniers,
C'est nous qui sommes en danger
Tandis que les politiques
Sont tous protégés. 
Alors, quittons la rue et méditons cette chanson de Jacques Brel :





La Bastille[1]
by
Jacques Brel


Mon ami, qui croit que tout doit changer
Te crois-tu le droit de t'en aller tuer les bourgeois ?
Si tu crois encore qu'il nous faut descendre
Dans le creux des rues pour monter au pouvoir
Si tu crois encore au rêve du grand soir
Et que nos ennemis, il faut aller les pendre

Dis-le-toi désormais                                                          
Même s'il est sincère
Aucun rêve jamais
Ne mérite une guerre
On a détruit la Bastille
Et ça n'a rien arrangé
On a détruit la Bastille
Quand il fallait nous aimer

Mon ami, qui crois que rien ne doit changer
Te crois-tu le droit de vivre et de penser en bourgeois
Si tu crois encore qu'il nous faut défendre
Un bonheur acquis au prix d'autres bonheurs
Si tu crois encore que c'est parce qu'ils ont peur
Que les gens te saluent plutôt que de te pendre

Dis-le-toi désormais
Même s'il est sincère
Aucun rêve jamais
Ne mérite une guerre
On a détruit la Bastille
Et ça n'a rien arrangé
On a détruit la Bastille
Quand il fallait nous aimer

Mon ami, je crois que tout peut s'arranger
Sans cris sans effroi même sans insulter les bourgeois
L'avenir dépend des révolutionnaires
Mais se moque bien des petits révoltés
L'avenir ne veut ni feu ni sang ni guerre
Ne sois pas de ceux-là qui vont nous les donner

Hâtons-nous d'espérer
Marchons aux lendemains
Tendons une main
Qui ne soit pas fermée
On a détruit la Bastille
Et ça n'a rien arrangé
On a détruit la Bastille
Ne pourrait-on pas s'aimer ?


Massimalement vôtre


[1] http://fr.lyrics-copy.com/jacques-brel/la-bastille.htm

Partager cet article

Repost 0
Published by Massima
commenter cet article

commentaires