Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MASSIMA LOUWOUNGOU
  • MASSIMA LOUWOUNGOU
  • : Cette page se propose, entre autres, de traiter des sujets d’actualité, de Philosophie, de religion, d'Histoire, de la Justice Pénale et de culture générale.
  • Contact

  • MASSIMA LOUWOUNGOU
  • Gabonais d'origine africaine, MASSIMA LOUWOUNGOU vit actuellement entre Poitiers et Bordeaux où il gravit sa « montée rude et escarpée ».
  • Gabonais d'origine africaine, MASSIMA LOUWOUNGOU vit actuellement entre Poitiers et Bordeaux où il gravit sa « montée rude et escarpée ».

Recherche

Archives

14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 16:47

Le silence est quelque fois la vertu des complices. Rien n’est plus cruel que le silence des siens lorsqu’on est perpétuellement éprouvé au plus profond de sa chair et de son âme : à Gaza, le silence et l’indifférence des monarchies pétrolières arabo-musulmanes, de la ligue arabe, du monde musulman, de l’Union Africaine et des partisans des « droits de l’Homme » ne tuent pas moins que la tempête des bombes israéliennes et la partialité légendaire de certains médias.

Qu’est-ce qui explique le silence des monarchies pétrolières arabo-musulmanes, de la ligue arabe et de la ligue islamique ? Serait-ce cette sentence prophétique selon laquelle : « Que celui qui croit en Allah et au jour dernier, qu’il ne dise que du bien ou qu’il se taise » ? Mais, ce serait là, une mise en pratique inadéquate de ce Hadith qui pourrait s’entendre comme suit : étant donné que les mensonges que tu veux dire ne pourraient égaler la bonté de la vérité, il est préférable que tu brilles par ton silence. Or, l’épuration de la population de Gaza (et de toute la Palestine) n’est pas chimérique ; se taire devant une telle réalité (alors qu’on a les moyens politiques, économiques, sanitaires, militaires, culturels, etc.), c’est se rendre coupable pour non-assistance à un peuple en extermination. Suivant l’esprit même de ce Hadith, dire du bien équivaudrait, par exemple, à condamner ouvertement la politique du gouvernement israélien, et de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour concrétiser notre démarcation par rapport à cette politique d’extermination.

L’extermination du peuple palestinien fait partie d’un programme qui date depuis plus d’un demi-siècle : tous les 3 ans, l’extermination doit reprendre son cours normal, avec une moyenne de 300 morts palestiniens pour 1 mort israélien. Entre 2004 et 2013, il y a eu près de 8.000 morts palestiniens pour 28 morts israéliens. Tous les 3 jours, 1 enfant palestinien meurt non pas de « mort naturelle », mais de mort programmée par l’occupant israélien : la famine, les bombes, le manque de médicaments, etc.

Les maux de Gaza sont plus forts que le silence de nos mots, il faut les exposer. Lorsqu’on occupe votre terre, en vous privant d’eau potable et que l’on vous confine dans des espaces inappropriés à l’agriculture et à l’élevage, inappropriés à la vie, la finalité d’une telle manière d’agir n’est rien d’autre que votre extermination pure et simple.

Gaza démembré, Gaza massacré, Gaza spolié, Gaza déshabité, Gaza déshumanisé, Gaza affamé, Gaza humilié, Gaza en pleur, Gaza sous la terreur de l’occupation… A cela qu’est-ce que certains pays arabo-musulmans (voire certains musulmans) répondent à Gaza ? Ils lui répondent : « Gaza ! Il faut demander de l’aide à Allah ! ».

La prière est au fondement de toute bonne action. Il n’y a pas de bonne action sans bonne intention ; mais une prière sans action (sans passage à l’acte) n’est qu’une prétention. La prière ramollie les chaines que l’action humaine se doit de défaire.

Il y a plus de 60 ans que les palestiniens prient. Près d’un siècle qu’ils tentent de ramollir les chaînes de l’occupation, mais le silence et l’inactivité de la communauté arabo-musulmane sont un refus manifeste de défaire ces chaînes ; condamnant ainsi Gaza et toute la Palestine à une éternelle servitude.

Certains (les arabo-musulmans) se laissent obnubiler par l’idée selon laquelle, le salut de la Palestine viendra de 4 pays occidentaux (Allemagne, Angleterre, Etats-Unis d’Amérique, France) qui se définissent à eux quatre, inadéquatement comme « la communauté internationale ». Comment s’attendre à ce que d’autres pays colonisateurs puissent condamner un autre pays colonisateur ? Israël n’aura jamais à s’inquiéter tant que le reste du monde ne se lèvera pas comme un seul individu pour condamner d’une seule voix ses exactions.

Les mêmes qui ont admiré le combat de Mandela (lutte contre l’Apartheid) et salué sa sagesse ; les mêmes qui se sont rués à ses obsèques ont feint de s’émouvoir par rapport à la souffrance et au génocide qu’a connu la population noire (indienne, métisse) d’Afrique du Sud. Les larmes (de crocodile) versées par ces colons de la communauté internationale n’expriment nullement leur part d’humanité, donc leur compassion par rapport aux opprimés, mais en réalité, ces larmes de colons ne sont rien d’autres que des larmes nostalgiques : elles sont expressives de la nostalgie de leur passé de colonisateurs. Ce n’est pas Mandela qu’ils ont pleuré le 5 décembre 2013, car par rapport à l’Apartheid en Palestine, la position de Mandela était claire et connue de tous : " Notre liberté demeurera incomplète sans la liberté des palestiniens" (1997). "Tout discours sur la paix sera creux tant que Israël continuera à occuper un territoire arabe" (1999)

Certains (les arabo-musulmans) croient que le salut de la Palestine viendra de la communauté internationale des colons. C’est vraiment rêver les yeux ouverts !

Ne croyez pas que ceux qui ont tué des milliers d’enfants en Irak sur la base de l’un des plus gros mensonges de notre siècle (les armes de destruction massive), viennent au secours des enfants palestiniens. Un colon restera toujours un colon et s’assemblera toujours à ceux qui lui ressemblent.

Selon l’américain Richard Falk, l’expert indépendant du Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies pour les territoires palestiniens, il s’agit bien d’un « nettoyage ethnique », d’une politique ayant les mêmes caractéristiques de l’ « Apartheid». D’après lui :

« La réalité sur le terrain s'aggrave aussi bien du point de vue du droit international que du point de vue du peuple palestinien. [Israël redouble] d'efforts systématiques et continus pour changer la composition ethnique de Jérusalem Est", de "recours excessif à la force. Il y a une discrimination systématique sur la base de l'identité ethnique, avec l'objectif de changer la démographie de Jérusalem. Ce que nous appelons occupation est maintenant de plus en plus compris comme une forme d'annexion, une base pour un apartheid dans le sens où il y a un double système légal discriminatoire »[1].

Comment se taire devant l’évidence d’un génocide planifié et qui se perpétue depuis plus d’un demi-siècle ? Il y a longtemps que le sang coule à Gaza, mais à chaque fois, rien de concret n’est fait. La compassion est le propre de l’homme. Il n’y a pas d’humanité sans compassion.

Les « grands défenseurs » de la religion musulmane, qui n’hésitent pas à émettre des Fatwa (avis juridiques) à tout instant, sont incapables d’émettre la moindre opposition à leurs « alliés » de la « communauté internationale » pour leur faire part de leur indignation : pourquoi ne menacent-ils pas de suspendre leurs relations avec les puissances occidentales qui soutiennent fermement (militairement, financièrement, politiquement) Israël ?

Leurs yeux voient (le sang), leurs oreilles entendent (les cris et les pleurs) mais ils ont volontairement décidé d’être bouche-cousue : « nous ne sommes pas en Palestine, nous ne voyons rien, n’entendons rien non plus », disent-ils. Leur manque d’indignation démontre combien l’extermination du peuple palestinien importe peu pour eux.

Et, à chaque fois, c’est le loup qui demande à l’agneau pourquoi ce dernier l’a en haine. La communauté internationale des colonisateurs se demande pourquoi les colonisés palestiniens n’aiment pas les colons israéliens. Ceux qui vantent les mérites de la colonisation (de l’Afrique, l’Asie, l’Amérique, etc.) sont les mêmes qui vantent le mérite de la colonisation de Gaza par les bombes et la famine.

Massima Louwoungou

[1] Le Figaro [En ligne] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/03/21/97001-20140321FILWWW00210-israel-l-onu-denonce-un-nettoyage-ethnique.php

Le silence assassin

Partager cet article

Repost 0
Published by MASSIMA LOUWOUNGOU
commenter cet article

commentaires